La liaison pas dangereuse entre l’amour, le célibat et Ma Vie de Célibataire.
Posted by

La liaison pas dangereuse entre l’amour, le célibat et Ma Vie de Célibataire.

Je ne peux pas commencer à parler du célibat sans parler d’amour. Vaste question, vague notion s’il en est, derrière laquelle tout un chacun y met sa petite popote. Et finalement peu importe sa définition, nous avons appliqué à cette émotion bien humaine les mêmes préceptes que notre société. Plus vite, plus loin, plus rentable. L’amour est devenu un consommable…comme un autre. Je test, je jette. Exit les phases où nous nous apprivoisions, où nous partions à la découverte de l’Autre, où chacun jaugeait et d’où finalement naissait une potentielle identité de couple. Nous ne prenons plus le temps.

Maintenant ça doit être du « prêt à consommer ». Tout va vite. Et de plus en plus vite. A tel point que nous en avons perdu les codes les plus basiques de communication, nous n’appréhendons plus les signes les plus élémentaires de transmission de l’information. La plupart des rencontres se fait maintenant dans l’urgence. Internet ou pas d’ailleurs. Et après nous nous étonnons de ne plus être capables de nous y retrouver. N’avez-vous jamais entendu quelqu’un autours de vous dire : « je n’ai pas osé la/le recontacter parce-que je ne sais pas si je lui plais et je n’ai pas envie de me prendre un vent ». Nous avons donc non seulement perdu les éléments pour interagir avec l’Autre et le comprendre mais également la manière de faire. Nous n’éconduisons plus poliment, nous jetons. Nous ne remercions pas gentiment, nous imposons un râteau. Triste constat où, à l’automne de notre résignation, les feuilles mortes de nos déceptions et de nos désillusions se ramassent à la pelle. Nous sommes devenus des générations de couards des relations, des peureux des sentiments, des trouillards de l’engagement à force de ne plus nous appliquer ni sur le fond, ni sur la forme. Nous sommes maintenant des « handicapés de l’amour ».

Et le célibat ?! Il n’arrange rien le pauvre. Il a, comme nous tous, suivi l’évolution de notre société. S’il faut maintenant envisager plusieurs carrières professionnelles dans une seule vie, il faut également accepter de vivre plusieurs couples, plusieurs histoires. Mais notre vieille demoiselle sociétale, pesant quelques tonnes d’évolutions en tout genre, est lourde à se mouvoir. Elle ne propose, à ce jour, ni les outils ni les moyens d’une adaptation devenue pourtant nécessaire. Il en va de même pour le célibat. Plutôt que de le voir maintenant comme un « état », nous nous entêtons à le décliner en terme d’identité. Mais non !! Mille fois non !! C’est bien maintenant devenue cet « état » qui peut être de grâce d’ailleurs. C’est une étape transitoire, entre deux situations de vie commune, entre deux situations de couple. C’est une période on ne peut plus importante pour la définition de nous-même, pour se retrouver, se remettre sur pied, faire le bilan, bref, nettoyer l’ancien moi pour le faire évoluer et tendre vers l’après. C’est une période d’introspection nécessaire à la stabilisation de notre identité propre avant de pouvoir envisager la modification de notre « état ». Mais là encore, nous nous trompons. Nous sommes trop pressés. Nous n’acceptons ni le changement qui peut amener une relation à sa conclusion, ni les erreurs de parcours, les ratés, les plantages qui auront la même conséquence. N’avez-vous jamais entendu dire : « il/elle a refait sa vie ». Mais nous ne la refaisons pas notre vie. Nous la continuons tout simplement. « J’intègre le passé, je vis le présent, afin de dessiner et envier le futur ». Nous passons des fois malheureusement notre vie à envier le passé et à nous attacher nos propres boulets au pied. Nous avons peur, nous le craignons ce célibat. Pourquoi ?! Parce-que nous le confondons, nous l’amalgamons avec la solitude, ce qu’il n’est pourtant pas.

Et ma vie de célibataire ?! Il vient simplement mettre un semblant d’ordre dans tout ça. Il est l’exemple involontaire d’un optimisme rationnel face à un fatalisme subjectif. Il allie subtilement hier et demain. Jeune, entreprenant, audacieux, efficace, il sait et ce qu’il veut, et ce qu’il vaut. Subtil mélange de confiance en soi et de volontarisme forcené. Il est le fer de lance de cette jeune société de consommation. Vite et bien mais avec qualité. Il conserve des valeurs humaines et une manière d’appréhender les sentiments qui lui permettent très efficacement de vivre pleinement les rencontres, d’analyser et donc de trier. Et son blog est à son image : dynamique, pétillant, aux sujets très variés, autant légers que graves, parfois emprunts d’une douceur toute virile ou d’une virile douceur devrais-je plutôt dire. Dans tous les cas, il traite tous ses sujets toujours avec beaucoup d’humour, quelques pincées d’auto-dérision et sans prétention. Je ne m’étonne qu’à moitié que ce soit auprès de lui que les gens cherchent conseil. Parce-qu’à assumer ce qu’il est, ce qu’il veut, à associer les impératifs de demain avec certaines valeurs d’hier, lui finalement au fond, il sait.

Je voudrai conclure en répondant pour lui à une question que j’entends souvent et qui témoigne de l’incompréhension et/ou de la mécompréhension des gens quant à ce qu’il a entreprit : « si tu es bien en étant célibataire, pourquoi tu cherches à rencontrer quelqu’un ?! ».
Déjà parce-qu’il accepte son célibat bien entendu, il en aime les avantages, en épouse les défauts mais ne le revendique pas pour et comme tel. Ce qu’il revendique c’est le fait de bien le vivre et d’être heureux !! Et il a complètement raison. Une des clefs pour être heureux à deux, c’est d’abord de l’être soi-même et avec soi-même !!
Ensuite…parce-qu’il est humain. Et parce-qu’il l’a compris avant beaucoup : le célibat n’est qu’une étape sur le chemin de la vie, de sa vie.
Et Parce-que finalement, arrivés à la croisée des chemins de notre célibat nous aspirons tous à la même chose : prendre le chemin à deux.

Je me suis amusée à te poser des questions et admirer ce que tu en a fait, je me suis régalée à coucher mes pensées sur papier. Et si je n’ai pas été une de tes fans de la première heure, je serai en revanche de celles de ta dernière heure…de célibataire :-)

Par Heidi Richard

6 Commentaires fermés 5757 28 octobre, 2013 La parole est aux fans de #MaVDC octobre 28, 2013

Facebook Comments

Rechercher

Articles récents

REJOIGNEZ #MaVDC SUR FACEBOOK